Pr?sentation de la forteresse

print Retour à la section présentation print Format imprimable


vue aerienne

La forteresse, qui occupe la totalité de la colline de Montrond, site de confluence des vallées du Cher et de la Marmande, présente un véritable condensé de l’évolution de l’architecture militaire, du XIIIème au XVIIème siècle. C’est un site majeur pour notre région, un monument totalement tombé dans l’oubli avant la naissance d’une association, le CHASA, qui a commencé les recherches, tant documentaires que de terrain, (fouilles, travaux de conservation) à partir de I970. L’objet de cet article n’est pas de détailler la longue histoire d’un château occupé pendant plus de 5 siècles, sans cesse remanié et agrandi. Il convient cependant d’en faire ressortir les éléments fondamentaux, mais surtout les enjeux en terme de développement culturel et touristique à venir.

 

Le site

Construit dès le début du XIIIème siècle (1225) sur une butte calcaire naturelle qui domine les vallées du Cher et de la Marmande d’une quarantaine de mètres, le premier château de pierre occupe une position stratégique qui commande les voies de passage formées par ces vallées. La qualité de l’emplacement et quelques indices matériels laissent supposer que l’homme a pu s’établir sur ce site de confluence bien avant l’édification de ce premier château : la vallée du Cher a permis une occupation humaine quasi continue dès la préhistoire. Seule une étude archéologique plus poussée, pourrait peut être étayer ce qui ne peut être retenu aujourd’hui qu’à titre d’hypothèse.


Donjon Si la première enceinte est attestée dès le premier quart du XIIIème siècle, la véritable topographie du château est encore mal connue pour cette période. La base d’un puissant donjon cylindrique dégagée entre 1977 et 1980 (près de I6 mètres de diamètre pour une épaisseur de maçonnerie supérieure à 4 mètres à sa base) en est aujourd’hui le témoin le plus significatif.


Il s’apparente tout à fait aux donjons dits « Philippiens », modèle typique rencontré à l’époque de Philippe Auguste, avec son entrée à l’étage, défendue par une passerelle escamotable. Ce dispositif est visible sur une lithographie du début du XIXème siècle, avant sa démolition.


On sait également par les textes qu’une importante campagne de reconstruction fut menée par Charles d’Albret au début du XVème siècle, après les destructions opérées par les Anglais.


Tour de l'horloge De cette campagne on distingue un ensemble constitué par une grande salle construite en avant de l’enceinte primitive, et fermée sur l’extérieur par deux tours rondes défensives, soigneusement appareillées et une terrasse semi-polygonale de même qualité architecturale, dans laquelle s’inscrit un puits de près de 30 m de profondeur pour un diamètre de 2 mètres. L’une des deux tours rondes, dite « tour de l’Horloge » conserve aujourd’hui une belle élévation. La base de la seconde a fait l’objet d’un important travail de restauration, avec la restitution des pierres de parement.


Tour de l'horloge Si les travaux sont achevés pour cette partie, la « tour de l’Horloge », ouverte sur l’intérieur au niveau de son raccord avec le bâtiment dit de la grande salle dont ne subsiste que la base des murs, pose aujourd’hui un réel problème de conservation qui ne pourra être résolu que par l’installation d’une véritable « couverture » destinée à protéger de manière durable ce témoin le mieux conservé d’architecture médiévale. Son volume intérieur pourrait devenir un point fort de l’animation du monument (présentation d’une maquette de la forteresse). Ce projet doit faire l’objet d’une étude pour lier harmonieusement les contraintes techniques de fermeture et d’étanchéité avec l’exigence d’intégration et d’esthétique par rapport aux autres structures voisines, ce qui n’est pas un exercice facile.

Si la période tumultueuse du XVI ème siècle, marquée par les guerres de religion, s’est traduite par une forte dégradation du monument, on connaît peu de choses sur son évolution au cours de cette période troublée.

 

Le renouveau et l’apogée de Montrond au XVIIème siècle

Le véritable essor de Montrond se situe incontestablement au XVIIème avec Maximilien de Béthune, Duc de Sully, puis les Condé. C’est la période la mieux connue, par les sources documentaires et l’iconographie. Son étude ayant déjà fait l’objet de divers articles, le propos d’aujourd’hui restera limité à une évocation des évènements majeurs.
Racheté en 1606 par le célèbre ministre d’Henri IV, par ailleurs « grand maître de l’artillerie », le château se trouvait dans un état de délabrement proche de la ruine, après avoir traversé cette époque troublée du XVIème siècle.


Sully s’attacha dans un premier temps à restaurer, agrandir et embellir l’ancien château-fort, pour en faire une résidence luxueuse, au goût du jour et en rapport avec ses moyens. Ce château, à la vocation résidentielle affirmée, n’avait sans doute rien à envier, par sa situation et sa qualité architecturale, à bien d’autres édifices conservés aujourd’hui. (Meillant pour citer un exemple tout proche). Les documents anciens et les éléments architecturaux mis au jour par les fouilles attestent clairement cette qualité. Sully s’attacha parallèlement à moderniser le système défensif, qui ne répondait plus aux contraintes liées à l’évolution de l’artillerie. Mais ce ne fut qu’un début, puisqu’il dut céder Montrond à Henri II de Bourbon, prince de Condé, en 1621.


Celui-ci poursuivit alors à très grande échelle l’œuvre de son prédécesseur, pour faire de Montrond la forteresse redoutable qui causa tant de soucis aux armées royales lors de la Fronde. Pour fortifier la place, il engagea un spécialiste, Jean Sarrazin, surnommé « Mathématicien du prince » ou encore « intendant des fortifications ». Ce dernier travailla pendant plus de 10 ans à la conception et à la réalisation du puissant réseau de fortifications bastionnées étagées sur les pentes de la colline, s’inspirant des autres ingénieurs militaires de son temps, Français, Italiens ou Hollandais.


A l’achèvement de ce colossal chantier, vers 1650, la Forteresse de Montrond était considérée comme l’une des plus fortes du pays, avec sa multitude d’ouvrages empilés sur plusieurs niveaux selon la topographie de la colline, séparés par de nombreux fossés taillés dans le roc et souvent reliés par des passages souterrains. Un développement linéaire de ce système bastionné, avec tous ses niveaux, ses angles rentrants ou saillants dont le tracé conçu en fonction de la portée utile des armes à feu devait éliminer les angles morts, atteint une longueur cumulée d’environ 5000 m… ce qui traduit l’importance de la forteresse.

Louis II de Bourbon, le Grand Condé, ayant pris la tête de l’opposition à Mazarin lors de la Fronde, Montrond fut la dernière place forte du Berry et du Bourbonnais à résister et à tenir tête aux armées royales, après la reddition successive de tous les autres châteaux tenus par les partisans de Condé (Culan, Bommiers, le Châtelet, Hérisson, )
Le siège commencé en octobre 1651 ne s’acheva que le 1er septembre 1652, avec la capitulation d’une garnison épuisée, affamée et décimée par les maladies (la seule tentative de secours de la place se solda par l’échec d’un corps de cavalerie composé de 800 hommes en août 1652 ).


Mazarin ordonna ensuite le démantèlement de la place, dont l’essentiel des ouvrages bastionnés fut miné ainsi que les accès aux cheminements souterrains. Les bâtiments résidentiels furent peu touchés par ces destructions punitives.
Faute d’entretien, habité plus ou moins épisodiquement après la Fronde, le château fut abandonné vers 1735 et ses matériaux les plus intéressants démontés et vendus (charpentes, couvertures). Il fut ensuite livré comme carrière de pierre à bon compte pour les habitants de Saint-Amand dans la période révolutionnaire. Enfin, alors que sa ruine était consommée, son emplacement fut transformé en promenade publique à partir de 1834.

Enfoui sous ce parc planté de nombreux arbres, avec des jardins et vergers sur ses pentes, son souvenir s’effaça même des mémoires.
C’est à partir de 1970, sous l’impulsion d’une petite équipe de curieux et de passionnés, que s’amorça une résurrection progressive d’un site prestigieux, tombé dans l’oubli que son comblement avait scellé.

 

Un enjeu de développement local, au plan culturel, touristique et économique.

Si au départ la découverte et la réhabilitation de Montrond étaient motivées surtout par une légitime curiosité historique et archéologique, un désir de redonner à ce site la place qui lui revenait, ces autres enjeux, plus difficiles à concrétiser sont vite apparus à travers cette action.


En effet, l’essentiel de notre mission associative a toujours été axée sur l’étude documentaire, l’élaboration des projets sur le terrain, l’organisation des chantiers et le suivi des travaux, sans oublier toute la gestion administrative et financière, tâche incontournable de plus en plus pesante, et enfin toutes les questions d’accueil, d’organisation des séjours et d’animation relatifs aux chantiers de bénévoles de printemps et d’été. Dans ces conditions, il est vrai qu’il est difficile, voire impossible de se consacrer simultanément à des actions de promotion, de communication et d’accueil systématique du public. C’est une autre activité très lourde si l’on veut obtenir des résultats, et qui ne peut être menée qu’avec des moyens supplémentaires conséquents (humains et financiers) au sein de l’association.


Cette nécessité d’intensifier la communication qui ne nous a jamais échappé, constitue l’une des clés de l’évolution du projet. Depuis longtemps, et encore plus aujourd’hui, de nombreuses personnes, à l’issue d’une visite, sont convaincues que cette forteresse représente une vraie chance pour la ville de Saint-Amand et ses environs.

 

Les enjeux culturels.

Montrond est le monument majeur de la commune, même s’il ne nous est pas parvenu dans son intégrité. Le lien est très fort entre ce site et la ville. Cette forteresse, par la place qu’elle a tenu dans l’histoire de France, constitue un élément fortement identitaire pour la ville de Saint-Amand..
La poursuite de la recherche archéologique et historique reste fondamentale pour faire progresser la connaissance du site et orienter les choix futurs de restauration et d’aménagement.


Plusieurs séquences de cette histoire imposent une étude plus approfondie. L’évolution du château médiéval et sa topographie demeurent mal connues par manque de sources documentaires anciennes, et parce que les surfaces fouillées sont finalement réduites. Les travaux et aménagements réalisés par Sully ne sont pas limités aux seuls bâtiments habitables, et l’ensemble de cette architecture militaire complexe et innovante mérite une étude à part entière (cette place réputée inexpugnable en ses heures de gloire semble la seule réalisée par Jean Sarrazin, personnage atypique et surtout mal connu). Enfin, le long siège de 1651-1652 a t-il livré toutes ses péripéties ?
Montrond pourrait participer à la recherche sur la fortification bastionnée antérieure à Vauban, en liaison avec des universités. Cette dimension scientifique pourrait donner un atout supplémentaire au plan local…

 

Les enjeux touristiques et économiques.

Ils découlent de ces recherches et de la mise au jour progressive de la forteresse. Son accessibilité, même partielle, et la présentation de son système défensif unique dans la région ont un réel impact auprès des visiteurs de plus en plus nombreux.
Une véritable action de promotion pourrait contribuer très certainement à augmenter un « flux touristique » encore trop faible dans le sud du Cher. La région de Saint-Amand possède en effet un patrimoine archéologique et monumental de premier plan très diversifié (édifices civils, religieux, industriels et patrimoine rural, de l’Antiquité à l’époque moderne), dans une grande proximité.


Ces différents sites ne sont pas concurrentiels, mais au contraire bien complémentaires pour créer un véritable « produit touristique » sur une journée complète ou plusieurs jours. (circuits thématiques orientés sur le patrimoine).
La plupart du temps, les visiteurs sont surpris, pour ne pas dire enthousiasmés, tant par l’originalité du système défensif qu’ils découvrent que par l’ampleur des travaux déjà réalisés. Nombre d’entre eux, qu’ils soient spécialistes ou amateurs de fortifications, et bien souvent simples curieux, voient dans ce projet un atout de premier plan pour cette région Saint-Amandoise qui mérite assurément d’être mieux connue. La réflexion qui revient presque systématiquement à l’issue d’une présentation des travaux et du site, peut se résumer ainsi « cette forteresse représente une véritable richesse à développer … ». Ces témoignages encourageants et spontanés nous confortent dans la nécessité de donner à ce projet une réelle envergure et d’en rechercher toujours les moyens.


Lorsque l’on constate que des sites à peu près comparables à celui de Montrond, dans d’autres régions de France pas forcément plus favorisées par leur situation géographique attirent déjà plusieurs dizaines de milliers de visiteurs chaque année, on peut se rassurer sur le bien fondé d’un tel projet, investissement sur du long terme.

Les retombées économiques, si elles demeurent aujourd’hui naturellement limitées eu égard à une communication qui reste à développer, et ne sont pas toujours mesurables, on peut citer l’exemple des groupes constitués que nous accueillons sur une demi journée, ou une journée complète. Souvent, ils retiennent une table dans un restaurant de la ville ou des environs pour une trentaine de personnes, ce qui déjà n’est pas neutre.
Certes, l’investissement à long terme est important, mais c’est une condition incontournable pour la réussite du projet. Sachant que ce dernier doit se réaliser par tranches successives, les financements pourront être étalés sur plusieurs années, comme c’est le cas pour l’ensemble des sites de ce type…

 

En guise de conclusion :

 

Nous avons déjà beaucoup évoqué Montrond, sous les aspects historiques, archéologiques, architecturaux, à travers des conférences, des articles dans diverses revues, des colloques, et nos propres publications, mais aujourd’hui, si ces sujets sont très loin d’être épuisés, tant la connaissance ne peut que progresser au fil des recherches et des travaux de terrain, il fallait souligner cette nécessité de communication certainement trop peu prise en compte jusqu’à maintenant, pour mieux faire connaître ce site…

Nous avions jusqu’à présent le sentiment de poursuivre cette vaste entreprise peut -être un peu trop « discrètement » parce que l’activité de notre association s’est quasi exclusivement centrée durant de nombreuses années sur les travaux de recherche et de conservation.

Mais l’ouverture de ce site à des publics variés, l’implication soutenue des différents partenaires (en particulier la ville de Saint-Amand-Montrond, propriétaire d’une grande partie du site, sans oublier le Département du Cher, la Région Centre, le Ministère de la Jeunesse et des Sports), et une reconnaissance progressive de l’originalité du monument, laissent espérer une activité culturelle et touristique beaucoup plus intense et bénéfique pour Saint-Amand et sa région….

 






haut de page