haut de page Retour

Présentation de l'association



"Ressurection" de Montrond : origines de cette initiative

logo chasaEn 1970 une équipe de lycéens s'interesse à Montrond ; ce lieu chargé d'histoire, tombé dans l'oubli fascine et intrigue... Ce groupe éprouve le besoin d'en savoir plus, d'en découvrir les secrets et de comprendre pourquoi un monument de cette ampleur est tombé dans un tel oubli... Un élan se crée, un groupe commence quelques prospections de manière informelle, puis intervient sur le terrain d'abord dans le cadre de clubs scolaires (Lycée Jean Moulin et Collège d'enseignement technique à l'époque).

 

Création du C.H.A.S.A

Les résultats encourageants des premiers travaux entraînent l'obligation de constituer une structure officielle pour développer l'action engagée.

En novembre 1970, l'équipe déjà bien impliquée organise une grande réunion d'information publique pour présenter Montrond et le projet de mise en valeur du site. Cette réunion tenue à la salle des Carmes (Mairie de Saint-Amand Montrond) connut un succès au-delà de toute espérance et il fallut refuser du monde... une seconde réunion fut organisée 15 jours plus tard pour pallier à ce manque de place.

L'association est créée en cette fin d'année 1970 et elle sera déclarée au Journal officiel en janvier 1971.

Des chantiers hebdomadaires sont organisés durant l'année scolaire (le jeudi après midi à cette époque), souvent le week-end et durant les vacances.

Les travaux de prospection, la mise au jour de quelques structures qui affleuraient, généralement masquées par la végétation, avancent... Le monument commence à se révéler dans toute son ampleur, et beaucoup de personnes sont surprises de constater que les témoins enfouis de cette forteresse "disparue" sont beaucoup plus importants que l'on pensait.

Mais parallèlement, l'équipe initiatrice de ce projet comprend vite l'énormité de la tâche et ses limites au plan local pour assurer la poursuite d'un tel chantier. Le C.H.A.S.A décide alors dès 1972 d'adhérer à l'Union REMPART pour ne pas rester isolée et appartenir à un réseau national d'associations locales de sauvegarde du patrimoine.

 

Les chantiers au recrutement national et international

Depuis la première expérience menée en Août 1972, avec un chantier qui accueillait déjà des participants issus de toutes les régions de France et de quelques pays proches, cette formule de chantiers s'est développée et se maintient toujours. Des bénévoles de toutes nationalités (Allemagne, Algérie, Angleterre, Autriche, Belgique, Espagne, Etats-Unis, Ghana, Hongrie, Italie, Pays Bas, Pologne, Maroc, Russie, Suisse, Turqie, ...) ont déjà participé, aux côtés de français de toutes régions, à cette oeuvre de longue haleine (environ 1200 personnes de 1972 à aujourd'hui...)

 

Vers une permanence de l'activité

Le bénévolat, si actif soit-il, trouve vite ses limites, les bénévoles étant par définition des personnes ayant une activité professionnelle ou des études en cours, donc une disponibilité limitée.
Pour assurer la pérennité et le suivi d'une telle action, la mise en place d'une structure plus permanente s'imposa d'elle-même.

D'autres formules se sont imposées pour compléter l'action bénévole dès 1985 avec les premières mesures en faveur des personnes sans emploi : TUC (Travaux d'Utilité Collective), puis les CES (Contrats Emploi Solidarité). L'accueil durant une dizaine d'années d'objecteurs de conscience pour une durée de 22 mois a permis la création d'une activité permanente. D'autres types de contrats (dont les "Emplois-Jeunes") se sont succédés pour assurer une permanence de l'activité.

D'une certaine manière l'association s'est donc trouvée engagée dans des actions d'insertion à tarvers ces formules, et aussi l'accueil d'un "chantier-école patrimoine" en partenariat avec une association intermédiaire.

 

Les partenaires de cette entreprise

Une telle opération n'aurait jamais été possible sans les soutiens financiers, dès le début, de la Ville de Saint-Amand Montrond, propriétaire de ce monument (classé au titre des Monuments Historiques depuis 1988), puis du Département du Cher depuis plus de 20 ans, puis de la Région Centre, du Ministère de la Jeunesse et des Sports depuis plus de 25 ans, du Ministère de la culture plus ponctuellement).

Ces participations annuelles des collectivités locales et services de l'Etat ont aussi été complétées par des aides matérielles ou financières plus ponctuelles (dons, mécénat, prêts de matériel, etc ...). Que tous ces financeurs, ces donateurs et que toutes les personnes qui d'une manière ou d'une autre ont apporté leur contribution à cette entreprise trouvent ici l'expression de toute notre gratitude et soient assurés que nous poursuivrons avec détermination cette oeuvre d'intérêt général déjà bien avancée.

Nous devons aussi remercier chaleureusement tous les bénévoles pour leur participation active aux travaux de terrain et au fonctionnement de l'association. En effet, il semble important de souligner cet engagement totalement désintéressé de ces bénévoles, dans des tâches souvent pénibles (transport et manutention de charges lourdes, travaux de grosse maçonnerie, défrichements, etc ...). Combien de centaines de tonnes de remblais remuées, de centaines de mètres cubes de maçonnerie mis en oeuvre, et de milliers d'heures pour faire partager aux visiteurs la découverte et l'intérêt de ce monument ?

On peut aussi être surpris de constater que la plupart de ces personnes n'ayant aucune attache particulière dans notre région aient pu donner tant d'énergie, et parfois consacrer une bonne partie de leur vacances plusieurs années consécutives pour mettre en valeur un riche patrimoine qui avait été négligé, oublié ... belle illustration du vieil adage selon lequel "nul n'est prophète en son pays" ...

 

Accueil du public et animation du monument

Bien que cette activité soit encore "un autre métier", l'association s'est toujours attachée à faire partager sa passion et sa connaissance du site au plus grand nombre possible de personnes.

Elle essaie d'intensifier cette activité parallèlement à ses travaux de recherches et de publications qui demeurent des objectifs fondamentaux.

Chaque année, les journées du patrimoine rencontrent un vif succès auprès d'un public local et parfois plus éloigné.

En fonction des possibilités (emploi aidés, contrats saisonniers) le C.H.A.S.A s'efforce depuis quelques années de proposer des visites de la forteresse en continu durant la "saison estivale" (d'avril à septembre)

Généralement, les visiteurs sont surpris de découvrir là ou ils ne s'y attendaient pas, une forteresse de cette importance. Les commentaires recueillis sur le livre d'or confirment bien le potentiel de ce site, élément fort du développement culturel et touristique régional.




haut de page Haut de page